Mademoiselle papillon

 

 

Le papillon

Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses
S’enivrer de parfums, de lumières et d’azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles
Voilà du papillon le destin enchanté !
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté !

                    Alfonse de Lamartine

 

 

Une paire de ciseaux achetée chez “Frimousse”, une bobine que vous pouvez trouver ici ou ou encore là.

Une petite broderie extraite du livre de Marie Suarez dont je vous ai déjà parlé et voilà un étui à ciseaux.

 

P1000955 - Copie

 

Mademoiselle papillon, posée sur sa bobine est libre de s’envoler mais elle est toujours là lorsqu’on a besoin d’elle !

Merci de votre visite et de vos commentaires.

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Fleurdepetitpois
    Mar 18, 2012 @ 19:56:29

    J’adore ces bobines en bois, je pense me faire un petit meuble en les mettant comme boutons de poignée.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse email pour être avertis de la parution d'un nouvel article

%d blogueurs aiment cette page :