Mon petit Hornbook

 

 

Le hornbook a pris naissance en Angleterre en 1450 et servait aux enfants à apprendre l’alphabet.

Il s’agissait d’une feuille de parchemin ou de papier comportant un abécédaire ou un court texte d’apprentissage de la lecture et une prière. Cette feuille  montée sur du bois, de l’os, du cuir ou  encore de la pierre était protégée par une mince feuille de corne transparente, d’où son nom. L’armature en bois avait souvent une poignée qui permettait à l’enfant de l’accrocher à la ceinture.

Aujourd’hui transformé en tri-fils, il est devenu l’objet à la mode des brodeuses et il n’est pas difficile de s’en procurer.

Si vous aimez les chats, vous en trouverez en bois peint chez Lili rose, d’autres à l’atelier des elfes et le mien vient de chez Casa cenina.

 

Je l’ai agrémenté d’une broderie du livre “Sweet home” de Marie-Anne Réthoret Mélin que je vous ai présenté ici.

 

Voici un deuxième tri-fils, en loupe de thuya, extrêmement précieux car il s’agit d’une pièce unique, réalisée par mon frère juste pour moi . J’ai même eu le privilège de choisir le nombre de trous ! Inutile de vous dire que je l’adore.

 

Et mes fils ont l’air de s’y plaire !

Merci de votre visite et de vos commentaires.

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Fleurdepetitpois
    Mai 28, 2012 @ 17:56:35

    Super les tri-fils! ça c’est de l’accessoire de passionnée!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse email pour être avertis de la parution d'un nouvel article

%d blogueurs aiment cette page :